Rechercher
  • Christophe Baliko

Emotion & rituel: "le petit garçon et l'araignée."

Dernière mise à jour : 4 oct. 2021



crédits images: https://pixabay.com/fr/users/meineresterampe-26089/



L'idée de ce post, m'a été offerte par mon petit garçon de 9 ans.

Mon fils est quelqu'un, que l'on peut qualifier d'hyper sensible, ce terme s'il est souvent utilisé en ce moment, et un peu "à la mode", fait référence à différents critères, et nécessite une investigation sérieuse. Mais ce n'est pas ici le propos de cet article.



Il y a quelques jours, dans la salle de bain alors qu'il se préparait à aller au lit, mon fils s'est mis à pleurer. En essayant de lui faire verbaliser la raison, de sa tristesse, nous nous sommes vite rendu compte, qu'il était en proie à une vive douleur émotionnelle, il avait du mal à reprendre son souffle. Dans ce genre de situation, il est évidemment inutile de vouloir, le raisonner ni même d'avoir une explication. Je l'ai donc pris dans les bras, en le berçant doucement, et j'ai laissé le temps, à l'énergie de l'émotion de s'évacuer, en l'encourageant à pleurer. Après un pic où sanglot, larmes, ont monté en puissance, il a commencé à se calmer progressivement. Une fois revenu à un calme relatif, il a pu, m'expliquer qu'il avait trouvé dans notre chambre une toute petite araignée morte. J'étais très étonné de cette réaction, car sans être phobique, il n'était pas très franc vis-à-vis de nos amies arachnoïdes. En le questionnant, il m'expliqua qu'il était extrêmement triste de tous les efforts qu'avait du faire, la pauvre petite bête pour monter jusque dans notre chambre, et loin de sa famille et de la nature, elle était morte seule. Je lui expliquais qu'elle était venue se réfugier chez nous, car il commençait à faire froid, et que comme spider man, elle était montée très vite, sans trop d'effort. Bien que cela l'apaisa un peu, j'ai vite compris qu'un "recadrage" de croyance, ou tout autre discours ne suffirait pas à calmer sa tristesse. Nous lui avons alors ma femme et moi demandé ce qu'il voudrait faire pour cette petite araignée, et il nous a répondu qu'il voulait l'enterrer au pied d'un arbre, pour qu'elle retourne dans la nature, et qu'elle puisse retrouver les autres membres de sa famille.

Je lui ai donc promis que le lendemain, nous allions l'enterrer ensemble, et qu'il choisirait lui-même l'endroit.

Cela a permis de le calmer suffisamment, pour qu'il puisse enfin s'endormir.

Au réveil, après un petit-déjeuner un peu calme, nous sommes allés chercher la petite araignée, et nous l'avons emballée dans du papier. Ensuite, il a choisi son emplacement au pied du cerisier (là où il avait déjà vu d'autres insectes et notamment des araignées). Je l'ai invité à creuser lui-même et à la déposer en terre, bref de faire ce rituel, de lui-même. Une fois enterrée, je lui ai demandé, s'il voulait encore faire quelque chose et il m'a demandé de prier avec lui, bien que non-croyant (religieusement s'entend) nous avons chacun, déposer une intention...



Une fois fait, il m'a remercié, m'a expliqué que c'était Arwen, notre chat (magique évidemment) qui lui avait montré où était l'araignée dans notre chambre et donc qu'il fallait qu'il fasse quelque chose. Depuis sa tristesse à complément disparu...



Si je partage ce moment de vie, c'est pour insister sur l'importance de l'écoute et de l'accueil des émotions de nos enfants. Il aurait été facile de balayer d'une phrase maladroite, afin de mettre fin à ce comportement. Mais cela aurait pu avoir deux effets, j'aurais brisé son estime de lui, en négligeant, ses ressentis, en privilégiant le confort de ma soirée à l'écoute de mon fils. OU cela aurait pu monter crescendo, en essayant de raisonner, avec des arguments rhétoriques, ou "logiques" de ma carte du monde. Ce qui aurait eu pour effet d'installer une incompréhension, et une souffrance encore plus grande.

Prenez le temps d'accueillir vos émotions, celles de vos enfants, et prenez le temps de poser des actes concrets. Souvent, nous essayons de rationaliser en négligeant l'intelligence émotionnelle. Cette intelligence, n'a que faire des raisonnements de la logique. Elle s'exprime à travers l'imagination et le corps.

Nos enfants ne sont pas encore pollués par les croyances, cartésiennes, la réflexion de cause-à-effet. Ils sont créations, imaginations, innocence.

L'utilisation de rituel, même en-dehors de toute croyance, est un excellent moyen de communiquer et apaiser les douleurs...



Pensez-y la prochaine fois que vos enfants ressentent une émotion qui les perturbe.



44 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout