Rechercher
  • Christophe Baliko

Pourquoi la (les) psychothérapie(s) est un art et non une science?

(Et doit le rester)


crédits image"marcelkessler"

La science, se veut être exacte, universelle et vérifiables.

Pour ce faire, elle utilise des méthodes, des protocoles, qui doivent être suivis avec rigueur et n'acceptent aucune, exceptions.

Dans cette grille de lecture, chaque problématique se traite avec une méthode, exacte et immuable.

Ce qui générerait, au vu de l'amplitude des spécificités des thématiques, de leurs variances, et des histoires de vies de chaque sujet, une quantité pharaonique de protocoles.

Pour pallier à cette problématique, la science à un outil, que l'on appelle les statistiques. Ces statistiques sont un merveilleux moyen, de "normaliser" les différences, et spécificités, au travers de moyennes, et de médianes.

Gommant ainsi les nuances et les particularités de chacun, au plus grand plaisir des thérapeutes "scientifiques", voyant ainsi le nombre de protocoles à connaître se réduire, ce qui lui permet de piocher dans sa boîte à outils, le "bon protocole" pour chaque famille de problématique.

Faisant fi, par la même, de l'aspect quantifiable des symptômes et causes (comment mesurer concrètement le niveau de confiance en soi), comme les résultats de ses actions.

L'art par contre, s'il nécessite une bonne connaissance de ses techniques, et une réelle culture, laisse la place à la créativité et accueille l'originalité et la particularité, il la recherche même.

Le thérapeute "artiste", sait que chacun est différent, même si certaines similitudes existent, au travers des cas, ce ne sont que des structures particulières, mais qui ne définissent pas à elles seules, l'histoire du sujet, ni son identité. Il est donc, avec chaque nouveau client, et même à chaque séance, comme l'artiste face à une toile vierge, et il peut se permettre (puisqu'il n'est pas contraint par une grille de lecture, qui le cloisonne) de co-créer un accompagnement à la mesure du sujet. Co-créer avec le sujet, qui amène en séance, les informations et ressources, et le thérapeute qui transforme, grâce à ses connaissances, son écoute, et sa créativité, une œuvre de changement positif et bienveillante, respectueuse du cadre et de l'individu.

Son outil étant l'imagination, imagination qui est bien plus forte que le réel.

Laissons donc les certitudes à ceux qui en ressentent le besoin, et accueillons la diversité, laissons nous surprendre, acceptons l'inconfort passager de ne pas tout savoir, ni tout maîtriser, pour le plus grand bien de nos bénéficiaires.

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout